La Prêle

prele des champs smallLa Prêle des champs (Equisetum arvense), parfois appelée Queue de ratQueue de Renard ou Queue de Cheval, est une espèce végétale de la famille des Equisetaceae. Elle appartient au groupe des Ptéridophytes (cryptogames vasculaires).

Cette plante vivace de 20 à 50 cm de haut présente deux types de tiges : les tiges fertiles rougeâtres  qui apparaissent au printemps et qui seront remplacées par la suite par des tiges stériles que l’on récoltera. Dans les deux cas, les feuilles sont réduites à des simples collerettes situées au niveau des nœuds des tiges et rameaux, sous forme d'une courte gaine dentée. Chez cette espèce, cette gaine porte de 6 à 12 dents, de couleur sombre.

Les tiges fertiles ne sont pas ramifiées et ne portent donc pas de verticilles de rameaux. Elles portent par contre un épi terminal oblong constitué de sporangiophores (structure portant desSsporanges) disposés en verticiles et pédonculés, ils produisent des spores vertes. La culture de cette plante étant assez délicate, elle devient très vite invasive, on récolte des plantes sauvages que l’on trouve dans des lieux frais  voire humides et dans une terre acide. On peut s’en procurer également en herboristerie sous forme de feuilles séchées

La prêle contient jusqu'à 10 % de silice. Elle contient aussi du chlorure de potassium et d'aluminium, de la vitamine C, des tanins, de l’acide nicotinique (insectifuge), de l'équisétonine et de l'équisétogénine (antifongique) , de l’acide silicique (répulsif), et de l'oxyde de fer, de par cette composition c’est un excellent bio-stimulant  et un puissant reminéralisant. Les tiges stériles sont utilisées en jus, poudre, décoction ou teinture mère.

Son action fongicide convient pour le traitement préventif de pratiquement toutes les maladies cryptogamiques (oïdium, mildiou, taveluve, monilia, fonte des semis …) le traitement curatif n’étant efficace qu’en cas  d’attaque légère. Elle a également des pouvoirs insectifuges, répulsifs et dynamiseur de croissance.

On peut l’utiliser en décoction, 250g de feuilles sèches pour 10l dilué à 20% : action répulsive pour les acariens et fongicide contre les maladies cryptogamiques, en extrait fermenté insectifuge (vers du poireau et araignée rouge) on peut l’associer avec des extraits de consoude, d’ortie et de fougère ce qui fournira un excellent stimulant de reminéralisant doublé d’un insectifuge et d’un fongicide.  Au printemps on favorisera le développement des plantes et leurs enracinements avec un dosage approximatif de : 30% ortie/ 20% consoude /20% fougère /30% prêle. Tandis qu’ en été on renforcera la formation des boutons floraux et la fructification avec un dosage plus riche en consoude (potasse) et moindre en ortie (azote), la prêle et la fougère jouant  toujours leur rôle d’insectifuge et anti fongique,  cela donnera comme dosage approximatif : 20% ortie /30% consoude /30% fougère /20% prêle, auquel on pourra ajouter également du pur jus de consoude, de l’ordre de quelques %.

On effectue les différents extraits végétaux (fermentation)  individuellement puis on les associent selon le dosage voulu, on dilue ensuite avec de l’eau de pluie, de 2 à 5% en vaporisation, en y  incorporant un peu de savon noir liquide (1cl/1l d’eau) pour une meilleure accroche sur le feuillage,  et de 10 à 20% en épandage. Personnellement je préconise la vaporisation, peut-être plus fastidieuse mais semble-t-il, plus efficace car le traitement est immédiatement assimiler par la plante et sans perte du précieux produit, tandis qu’en arrosage il y a inévitablement un « lessivage ».

Pour la fabrication et le dosage des extraits végétaux suivez ce lien. ICI

Particularités de la Silice ou Silicium.

Elément minéral comme l’azote le phosphore  ou le potassium il est un élément majeur de la composition élémentaire des organismes. Il est très présent dans le sol sous la forme Si0² mais pas assimilable par la plante. Sa forme soluble est l’acide ortho-silicique Si (OH)4, très peu présente dans le sol. Des études récentes sur ses effets sur les cultures ont démontré son action bénéfique sur les plantes et l’environnement. Le Silicium optimise la nutrition hydrominérale par application foliaire, il limite les pertes d’eau (jusqu’ à 30%) de la plante. Qu’il augmente la résistance de cette dernière aux agressions biotiques et abiotiques, qu’il a un effet bénéfique sur le rendement, en fait qu’il agit positivement et de façon efficiente à tous les stades de croissance de la plante. 

Domaines d'application

-Décoction

--Mildiou (pomme de terre ou tomate): 

---En préventif : Pulvérisation à 20%. La pulvérisation sur le sol est plus efficace (mildiou arrêté à 80%) que sur les feuilles (30%). Appliquer 2 pulvérisations sur le sol et les végétaux au début avril à 1 semaine d'intervalle. Puis 2 en mai, puis 1 en juin.

--- En curatif : Traiter tous les 3 jours. Si les attaques sont virulentes, on peut ajouter de la bouillie bordelaise dans le pulvérisateur en divisant la dose préconisée par 2.

                                                                

--Oïdium (vigne):

---En préventif : Pulvérisation à 20%. 2 traitements en avril (1 semaine d'intervalle), 2 en mai, 1 en juin.

---En curatif : 3 traitements à intervalle de 6 jours. On peut aussi alterner avec la macération huileuse d'ail : 1 traitement avec la décoction de prèle, puis 6 jours après 1 autre avec l'extrait huileux d'ail ( dilution à 5%), puis de nouveau la prèle.

                                                                 

--Rouille (rose trémières, arbres fruitiers, rosiers):

---En préventif : Pulvérisation diluée à 10%, 2 traitements en avril à 1 semaine d'intervalle, renouveler en mai 2 traitements à 1 semaine d'intervalle. 1 traitement en juin.

---En curatif : En cas de fortes attaques, traiter tous les 3 jours.

--Tavelure, moniliose, viroses (pechers, framboisiers, pommiers, poiriers):

---En préventif : Pulvérisation diluée à 20%, 1 traitement début avril, puis un autre 1 semaine plus tard. Renouveler en mai 2 traitements à 1 semaine d'intervalle. 1 traitement en juillet.

---En curatif : En cas de fortes attaques, traiter tous les 3 jours.

                                                                

-Extrait fermenté 

--En préventif, le purin de prêle est un précieux allié pour lutter contre les maladies fongiques (mildiou, oïdium, rouille, cloque du pêcher, tavelure...). En effet, l'apport de silice et autres minéraux permet aux plantes de renforcer leurs parois cellulaires et donc de mieux résister aux attaques de champignons. Cest pourquoi les préparations à base de prêle doivent être appliquées tôt dans le cycle de développement du végétal à protéger. 

--fonction insectifuge, car il contient divers alcaloïdes dont l'acide nicotinique. Ainsi, pour repousser le ver du poireau, les araignées rouges, les acariens, pulvériser le purin de prêle dilué à 20% (1 L pour 5 L d'eau de pluie).

--excellent bio-stimulant, apportant aux plantes traitées non seulement de la silice (sous forme minérale et organique), mais aussi du calcium, cobalt, fer, magnésium, potassium, manganèse, sodium, soufre, cuivre, phosphore...

--agit contre les limaces, en effet l 'apport de silice renforce les cellules superficielles de la plante et constitue une barrière contre les attaques parasitaires.

bibliographie: Wikipédia, Purin d' ortie &cie  aux éditions de Terran